Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Paul Tian

Le blog de Paul Tian

"Qui n’a pas quitté son pays est plein de préjugés"


Journée mondiale du livre et des auteurs : mais où est passé le lecteur "désespéré" ?

Publié par Jachri France sur 23 Avril 2020, 16:09pm

Catégories : #coup de gueule, #littérature, #cuture, #livre, #Syndicat du livre, #confinement, #Covid-19, #lecteur, #librairie, #Journée Mondiale du Livre, #polémique

Journée mondiale du livre et des auteurs : mais où est passé le lecteur "désespéré" ?

Jeudi 23 avril : journée mondiale du livre et du droit d’auteur, soit la journée la plus importante pour promouvoir la lecture et les auteurs… Mais où est passé le lecteur dans cette journée ?

Je lis tant de commentaires de lecteurs qui se disent "désespérés" par la fermeture des librairies… Et en effet, ils ont été totalement oubliés dans cette foire d’empoigne d’un syndicat erratique face au politique qui tendait pourtant la main aux librairies afin de les préserver. Bruno Lemaire les avait assimilées à un "commerce de première nécessité" dès la mi-mars. Mais non, ce syndicat a sèchement refusé. Les auteurs ont soutenu. 

Fort heureusement, certains libraires n’ont pas suivi cette consigne suicidaire et frappée du non-sens… 

Aujourd’hui que nombre de libraires (et d’auteurs) totalement à l’agonie, suivent leurs collègues précurseurs qui ont trouvé des solutions en toute sécurité, en drive notamment, et que le ministre de la culture encourage ce moyen, ce même syndicat, décidément à côté de ses pompes, dans la radicalité la plus obtuse, insiste : "Comment les gérants vont-ils s’approvisionner en gants et masques ? La prudence reste de mise." Ben, comme des millions de français… par la débrouille ! J’utilise le drive de mon libraire, en toute sécurité, masquée, gantée, je le rappelle ici.

On lit souvent que "la France a les syndicats les plus bêtes du monde"… Si c’est vrai, celui-là, vraiment, il a le pompon ! Haut la main, si je puis dire…  

"Les Echos" nous apportent un autre éclairage : "En réalité, les librairies attendent une aide de l'Etat et certaines redoutent que la décision de la rue de Valois n'entraîne sa diminution.

Une enveloppe d'urgence de 20 millions d'euros a été déjà débloquée pour le secteur de la Culture, dont 5 millions pour le Livre. Par ailleurs, le Fonds de Solidarité National s'est engagé à verser une aide comprise entre 1.500 et 2.000 euros à chaque librairie et s'apprête, pour le second niveau d'aide financé par les régions, à porter cette somme jusqu'à 5.000 euros. "Mais ce que souhaite le Syndicat, c'est la création d'un Fonds de compensation prenant en charge les pertes d'exploitation estimées à 16 % du chiffre d'affaires global des librairies, soit entre 20 et 25 millions d'euros, en nous appuyant, pour comparer, sur la période mi-mars-mi-mai 2019", reprend Guillaume Husson. Le feuilleton de l'ouverture des librairies est donc loin d'être épuisé."

Je résume : on fustige l’Etat omniprésent et en même temps on lui réclame d’être le sauveur. Où est le bon sens ?

Ben voyons… Je le disais en préambule… et où sont les lecteurs "désespérés" là-dedans ? Décidément, ce confinement, une belle occasion manquée !  Et une fête du livre gâchée !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents