Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Paul Tian

Le blog de Paul Tian

"L'ennui, c'est que nous négligeons le football au profit de l'éducation" (Groucho Marx)


Un jour, une photo : Chez Jeanne, la Jeanne...

Publié par Paul Tian sur 31 Mai 2018, 13:48pm

Catégories : #Sète, #Brassens, #Jeanne, #Georges Brassens, #photo, #Occitanie, #Musique, #Vidéo, #clin d'oeil

Un jour, une photo : Chez Jeanne, la Jeanne...

A Sète, Georges Brassens est toujours présent. Un square, une enseigne de bistrot, une rue ou comme ici, le nom d'une maison... 

Jeanne : "En 1944, Georges Brassens a 23 ans. Pour ne pas retourner au STO (Service de travail obligatoire), il se cache chez une amie de sa tante. Jeanne est bretonne. Pendant toutes les années de vaches maigres avant que le succès ne vienne, elle va l'aider, le soutenir, l'aimer. Il en fera une chanson..."

 

 

"Jeanne" : paroles

Chez Jeanne, la Jeanne
Son auberge est ouverte aux gens sans feu ni lieu
On pourrait l'appeler l'auberge de Bon Dieu
S'il n'en existait déjà une
La dernière où l'on peut entrer
Sans frapper, sans montrer patte blanche

Chez Jeanne, la Jeanne
On est n'importe qui, on vient n'importe quand
Et, comme par miracle, par enchantement
On fait partie de la famille
Dans son c ur, en s'poussant un peu
Reste encore une petite place

La Jeanne, la Jeanne
Elle est pauvre et sa table est souvent mal servie
Mais le peu qu'on y trouve assouvit pour la vie
Par la façon qu'elle le donne
Son pain ressemble à du gâteau
Et son eau à du vin comme deux gouttes d'eau

La Jeanne, la Jeanne
On la paie quand on peut des prix mirobolants
Un baiser sur son front ou sur ses cheveux blancs
Un semblant d'accord de guitare
L'adresse d'un chat échaudé
Ou d'un chien tout crotté comm' pourboire

La Jeanne, la Jeanne
Dans ses ros's et ses choux n'a pas trouvé d'enfant
Qu'on aime et qu'on défend contre les quatre vents
Et qu'on accroche à son corsage
Et qu'on arrose avec son lait
D'autres qu'elle en seraient tout's chagrines

Mais Jeanne, la Jeanne
Ne s'en soucie pas plus que de colin-tampon
Etre mère de trois poulpiquets, à quoi bon
Quand elle est mère universelle
Quand tous les enfants de la terre
De la mer et du ciel sont à elle

 

Paroliers : Georges Charles Brassens

Paroles de Jeanne © Universal Music Publishing Group

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !