Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Paul Tian

Le blog de Paul Tian

"L'éternité c'est la mer mêlée au soleil" (Arthur Rimbaud)


Jean-Christophe Gimenez : plaidoyer pour Luchon

Publié le 2 Juillet 2018, 16:09pm

Catégories : #Luchon, #Thermes, #Tourisme, #Ski, #Superbagnères, #Casino, #Bien Etre, #petit train, #jean-christophe gimenez, #commerce, #VTT, #Badech, #SNCF, #curiste, #fête, #loisirs, #économie

Jean-Christophe Gimenez : plaidoyer pour Luchon

Tout le monde connaît Jean-Christophe Gimenez du "Petit train de Luchon".  Ceux qui le suivent sur sa page Facebook ont pu découvrir, ce lundi, un véritable argumentaire pour le renouveau économique et touristique de la cité thermale.

 

Non, non, Jean-Christophe ne se lance pas dans la course à la mairie. Les élections sont prévues, normalement, en 2020… Elles pourraient être repoussées d’un an et réunies avec les autres scrutins territoriaux (département et région).

 

En tant que commerçant luchonnais Jean-Christophe constate, comme tant d’autres, que la situation économique est sur le déclin.

 

Et ce n’est pas le rapport de la chambre régionale des comptes Occitanie qui lui prouvera le contraire.

 

Un rapport rendu public ces derniers jours et qui met en exergue "le repli des principales activités économiques" et "la dégradation de l’équilibre financier" de la ville » (lire ici).

 

Dimanche, Jean-Christophe a annulé une tournée de son petit train… faute de clients.

Circuit annulé un dimanche 1er juillet... il faut une première à tout ! En 17 ans, ce n’était jamais arrivé à cette période ... Il va falloir commencer à se poser les bonnes questions...

Ce lundi, Jean-Christophe a donc mis en ligne sur sa page Facebook l’argumentaire ci-après que je reproduis avec son accord pour tous les lecteurs de mon blog qui ne suivent pas systématiquement l’information luchonnaise sur les réseaux sociaux (et ils sont nombreux).

"J’admire les gens capables de s’impliquer uniquement pour le bien collectif. Pour l’avoir pratiqué au niveau associatif, je sais combien la tâche est ingrate.
 

J’aime ma ville, j’y crois, j’investi encore dans mes commerces, même si les temps sont durs.


Issu d’une famille de six générations d’hôteliers, je me sens plus en phase avec les désirs de nos hôtes que ceux de certains luchonnais qui ont des œillères.


L’époque a changé, nous sommes en concurrence mondiale avec des destinations magnifiques et abordables de nos jours. 


Quelques suggestions pour Luchon glanées au contact de mes clients qui trouvent la ville belle mais d’un autre temps :

 

Parapente :


Nous étions un spot important dans les Pyrénées, les adaptes du vol libre débutants ont fui notre vallée depuis que le terrain de St Mamet a fermé. L’aérodrome est trop loin pour voler sans un bon niveau. Il est important de trouver une solution au plus près du téléporté, le golf semble judicieux. C’est une clientèle aisée qui apporte des retombées au niveau des restaurants et des hôtels.


VTT :


La pratique de ce sport se développe de plus en plus et grâce au dénivelé de 1.200m qu’offre Superbagnères, nous pouvons devenir la capitale Pyrénéenne du VTT de descente, les compétences sont là. Avec un meilleur entretien des chemins et la création de différents niveaux et une signalétique claire, la station peut vivre en été. Le téléporté est un atout que nous sous exploitons, il faut une amplitude d’ouverture supérieure de juin à septembre même si cela coûte un peu plus cher. Inspirons-nous du LAT (Luchon Anéto Trail) et organisons une compétition de VTT d’ampleur nationale.


Office de tourisme :


L’emplacement n’est pas stratégique, pourquoi ne pas faire comme certaines stations balnéaires qui ont un point d’accueil à l’entrée de leur ville ; mettre juste un chalet en bois avec deux hôtesses qui distribueraient des prospectus et renseigneraient les touristes, en face du secteur routier, un lieu de passage obligé.


(La plupart des touristes passent par la Lionne et prennent le col de Peyresourde sans traverser le centre-ville et ignorent ce que nous avons à leur proposer)


La Fête :


Luchon fut pendant des années une ville très festive, avec une vie nocturne fabuleuse et bon enfant. J’ai eu la chance d’en connaitre les dernières années. Tout cela a disparu, l’époque est différente, mais il faut préserver ce qui reste et tenter de le relancer.


On peut très bien concilier les curistes et les gens âgés qui veulent du calme avec des plus jeunes qui veulent faire la fête.


C’est une question de communication envers nos clients, préférer les périodes hors vacances pour le calme et l’ambiance festive au cœur de l’été et de l’hiver.


C’est aussi une question d’endroit, les Allées se doivent d’être le centre de la nuit, on se déplace à pied, tout est là, sans risque de prendre la voiture.


Je pense aux villes balnéaires qui autorisent les bars à organiser des concerts régulièrement jusqu’à deux heures du matin.


Au Cap d’Agde j’ai fait le test, j’ai appelé la gendarmerie à 1h du matin en disant que je ne pouvais pas dormir à cause du bar en dessous : ils m’ont poliment répondu que c’était autorisé jusqu’à deux heures en me conseillant une location dans l’’arrière-pays.

 

Quelle différence avec Luchon !


Ici, au moindre coup de fil, la gendarmerie débarque et le gérant prend une amende.


Certes de nos jours, l’ambiance est plus tendue la nuit, cela impliquerait que, comme dans toute ville touristique qui se respecte, la police municipale tourne le soir et les week-ends. (Comme elle le faisait avant).


Pas facile de changer les habitudes, dans tous les services on a privilégié le bien être des électeurs au détriment des vacanciers. N’oublions pas que les seniors d’aujourd’hui ont connu le rock and roll et sont demandeurs de vie le soir…


Allées d’Etigny :


C’est le poumon commercial et économique de la ville et une avenue de cette nature est rare dans une ville de montagne, pourtant elle se meurt lentement sur le haut des allées.


Après la Poste, cela se calme et après le Métropole c’est flagrant. Pour la redynamiser il faut organiser le maximum d’activités au Parc des Quinconces, pour recréer un flot de passage.


Le problème des parkings se pose alors, lors de festivités importantes autour des Thermes, pourquoi ne pas intégrer un parking au projet de l’hôtel Select face au parc thermal ?


Le parc thermal doit revivre, c’est la vitrine de Luchon, il y a plein de possibilités, accro-branches, luge d’été…


Les Thermes :


Un chantier énorme, manque d’accueil, ambiance interne déplorable et concept d’un autre temps !


Il faut miser au maximum sur la remise en forme avec des bassins extérieurs face au Venasque autour du Vaporarium.


Nous serons les derniers à le faire dans les stations thermales des Pyrénées mais nous avons l’avantage du Vapo, de l’eau thermale et du retour d’expérience des choses qui marchent ailleurs.


J’ai fait mon armée en Allemagne près de Baden-Baden, en 1985, ils avaient déjà tout compris.


Des plans avait étaient fait à l’époque sous Jean Peyrafitte, mais le financement n’est jamais venu, dommage d’avoir loupé le coche.


Il ne faut pas pour autant abandonner le thermalisme classique, les deux peuvent être conciliables avec deux entités différentes qui existent déjà. 


Le thermalisme médical est en progression constante au niveau national, surfons sur la vague en investissant massivement dans les thermes Chambert avec l’aide de capitaux privés.


Supprimer le Vapo du cursus thermal médical et transformer les galeries sèches de Chambert en hammam naturel pour ne pas léser nos curistes.


Ainsi Luchon Forme Bien-Etre pourra ouvrir dans un lieu dédié avec des amplitudes horaires plus importantes.


Le projet est en cours depuis trente ans, il faut que cela soit la priorité pour relancer les thermes car cela amènera des touristes et des emplois à l’année…


Tout doit se faire autour du Vapo au-dessus du lac surtout pas à Chambert, les gens veulent voir des arbres et la nature et non pas du bitume.


Superbagnères :


Je me réjouis de la reprise des stations par le département mais il faut tout de même libérer le plateau à des initiatives privées voulant investir et enlever cette verrue de l’Aneto. Utiliser le téléporté au maximum pour en faire une station 4 saisons…


Lac de Badech :


Pourquoi ne pas agrandir le lac et proposer des activités nautiques en plus de l’activité de pêche avec deux endroits distincts.


Le Casino :


Nous perdons du monde depuis sa fermeture, on pourrait proposer à un grand casinotier de l’exploiter avec le minimum de redevance, dans son site historique, pendant quelques années moyennant son entretien (seul un grand groupe peut le relancer, même s’il ne rapporte plus rien, il ne coutera plus aux contribuables et nous auront les retombées annexes). Leur Business model est d’avoir un hôtel de luxe attenant à leurs casinos. Qu’à cela ne tienne proposons leur le Majestic (les propriétaires seront ravis de s’en débarrasser). Mais le casino ne pourra être repris que si on relance l’activité thermale avant, sans cela pas de repreneur potentiel.


La Gare :


Si un jour, elle refonctionne, la voie doit être refaite pour permettre une circulation plus rapide, en 1873 lors de sa création, le train vapeur mettais 11 heures pour venir de Paris en 2014 avant sa suspension, le train électrique effectuait le trajet en 9h, quel progrès !


Le ferroutage des bouteilles d’eau de Luchon et des horaires plus adaptés permettraient d’augmenter la fréquentation et de pérenniser la ligne.


Jardins et statues :


Nous avons un patrimoine architectural magnifique, notamment de belles statues, il suffirait de les mettre en valeur en les nettoyant et en les éclairant.
 

La plupart des projecteurs sont grillés, trop de fleurs sur leur devant cachent ces merveilles et les gens sont étonnés quand je leur fais découvrir.


A l’origine, les parcs du Casino et des Quinconces étaient des parcs de style anglais où on laissait la nature s’exprimer avec des essences rares et variées.


L’acharnement des municipalités successives à obtenir les quatre fleurs (que nous n’aurons jamais faute de mobilier urbain à la hauteur) est pathétique et coûteux.


Soyons sobre et choisissons ce qui réclame le minimum d’entretien, mais qui soit en permanence impeccable.


On peut avoir une belle ville fleurie même avec deux fleurs et concentrer les moyens sur la propreté, l’entretien des panneaux et le changement des ampoules...


Voirie :


Avant de modifier la voirie, il faudrait consulter les usagers utilisant la route et les places. Les architectes ont beaucoup d’idées attrayantes mais est-ce vraiment adapté à la montagne, au porte-à-faux d’un autocar ? 


Pour exemple : les patinoires de la place l’église, les ralentisseurs sur la montée du téléporté (que les navettes municipales ne peuvent prendre)...

En conclusion :

Faisons simple, pratique, il faut faire remonter les avis des gens de terrain. (Les employés municipaux et les usagers professionnels).

 

En résumé, Luchon a un potentiel énorme, j’ai conscience que la tâche sera difficile et longue.


Il faudra remettre de l’ordre dans les services afin qu’ils tournent de manière optimale.


Nous n’avons plus de temps à perdre avec les querelles intestines, travaillons ensemble quelques soit notre bord, de concert avec tout le canton.


Je suis convaincu que tout est encore possible, les prochaines années seront déterminantes !


Prenons exemple sur le Louron, ils n’avaient rien, ils se sont unis et battus pour leur Vallée.


Nous avions tout et nous avons vécu sur nos lauriers, c’est le moment de réagir.


La critique est aisée mais l’art est difficile.


Bon courage à tous.


Vive Luchon."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !