Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Paul Tian

Le blog de Paul Tian

"L'éternité c'est la mer mêlée au soleil" (Arthur Rimbaud)


Personnes handicapées en colère : "Macron voulait faire du handicap une priorité du quinquennat", la réalité se révèle brutale

Publié par Paul Tian sur 11 Septembre 2018, 16:43pm

Catégories : #toulouse, #lafarge, #ELAN, #handicap, #OdileMaurin, #HandiSocial, #CIAH31, #Macron, #politique, #actualité

Odile Maurin à Luchon, lors d'une journée Handicap et Mobilité réduite (Photo © Paul Tian)

Odile Maurin à Luchon, lors d'une journée Handicap et Mobilité réduite (Photo © Paul Tian)

Ce mardi 11 septembre 2018, un collectif de personnes handicapées a effectué le blocage de l’accès à la cimenterie Lafarge, avenue Didier Daurat, à Toulouse afin de dénoncer l’assouplissement des règles d’accessibilité pour handicapés proposé par la loi Elan.

 

"Plus aucun camion ne peut entrer ni sortie depuis 9h30 ce matin" a précisé au site "Actu Toulouse" Odile Maurin, présidente de Handi Social.

 

Le collectif Inter Associatif Handicaps de la Haute-Garonne (CIAH 31) a publié le communiqué suivant pour expliquer les raisons du blocage de ce mardi matin :

 

 

HANDICAP et loi ELAN : INSUPPORTABLE DOUBLE LANGAGE DU GOUVERNEMENT !

Dans les paroles officielles, le handicap serait la priorité du quinquennat Macron ...

 

"En même temps", dans les actes, le gouvernement fait reculer l’accessibilité et l’inclusion des personnes handicapées !

 

En bloquant l'accès à Lafarge Bétons, gros point d'alimentation en ciments et bétons des chantiers de l'agglomération toulousaine, nous bloquons des chantiers de construction. La Fédération Française du Bâtiment (FFB) est à l'origine1 de la rédaction de l’article 18 de la loi ELAN.

 

Parce que cette fédération a su influencer le gouvernement à nos dépens pour maximiser ses profits, nous nous attaquons et attaquerons à l'économie de la construction, par tous les moyens, tant que cet article n'est pas retiré.

 

Et nous invitons les personnes handicapées et tous ceux qui les soutiennent à agir comme nous jusqu’au retrait de cet article.

 

En effet, le projet de loi relatif à l’Évolution du Logement et à l’Aménagement Numérique (ÉLAN), dans son article 18, votés par l’Assemblée Nationale, réduit de 90 % la production d’appartements neufs en RDC ou desservis par ascenseur qui seront accessibles, immédiatement habitables sans travaux par des personnes contraintes à se déplacer en fauteuil roulant.

 

Le 19 juillet, le Sénat a limité ce recul à 70 %. Pourtant, la production actuelle est déjà largement insuffisante. En raison de ce manque cruel de logements accessibles, les personnes en situation de handicap et les personnes âgées dépendantes sont ainsi trop souvent contraintes à finir leurs jours en établissements.

 

Nos associations reçoivent de plus en plus souvent des appels à l’aide de personnes confinées dans leurs logements faute d’accessibilité, auxquelles les bailleurs publics et privés sont incapables de proposer des logements accessibles. Les personnes en situation de handicap sont celles qui attendent le plus longtemps un logement social sur la métropole toulousaine, jusqu’à 20 ans pour certaines.

 

Allons-nous revenir 40 ans en arrière ?

 

Le président Macron parlait de créer un "Nouveau Monde", de "lutter contre les inégalités", et de "faire du handicap, une priorité de (son) quinquennat".

 

Nombreux sont ceux qui ont voulu croire à des améliorations, mais depuis un an, force est de constater les attaques massives contre les droits des personnes en situation de handicap, tout en prétendant construire une société inclusive !

 

La réalité se révèle brutale …

 

Aujourd’hui, seul le logement social pourrait offrir une réponse conforme aux besoins des personnes handicapées, dont la grande majorité, faute de revenus suffisants, ne peut accéder au parc locatif privé et encore moins à la propriété.

 

Pour souligner la gravité de l’enjeu :

 

  • Le Défenseur des droits, M. Jacques Toubon, a condamné de la façon la plus ferme cet article 18 ;
  • Le Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées s'oppose également à cet article ;
  • La CNCDH (Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme - Institution Nationale des Droits de l’Homme française créée en 1947) a dénoncé le principe même des 90 % de logements évolutifs en ces termes : "La transformation de l’obligation d’accessibilité en obligation d’adaptabilité est un leurre évident, qui entraînera des discriminations supplémentaires".
  • Le Conseil de l'Europe vient d'épingler et de mettre en garde la France le vendredi 13 juillet sur la création de quotas de logements accessibles. Le Conseil de l'Europe a ainsi déclaré : "C’est une question d’égalité et de dignité et cela permettrait au législateur de signifier clairement que l’inclusion des personnes en situation de handicap lui importe". 

 

Il faut donc refuser complètement le principe des quotas. Afin de faciliter l'autonomie des personnes à mobilité réduite, et permettre un soutien à domicile cohérent des personnes âgées et handicapées, nous réclamons la suppression de l'article 18 du projet de loi Élan.

 

Nos associations appellent le gouvernement à la raison et les élus de bonne foi à engager un recours auprès du Conseil Constitutionnel contre l’article 18 remettant en cause les droits fondamentaux des personnes handicapées ou âgées en voie de rupture d’autonomie.

 

Il en va de l’intérêt général de la population.

 

Les associations du CIAH 31 condamnent sans réserve cette absence de volonté politique qui déshonore la démocratie !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !