Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Paul Tian

Le blog de Paul Tian

"Qui n’a pas quitté son pays est plein de préjugés"


Municipales 2020. A Montréjeau, Eric Miquel candidat à sa succession

Publié par Jean-Paul Chambrillon sur 31 Décembre 2019, 11:33am

Catégories : #Municipales 2020, #Eric Miquel, #Montréjeau, #Comminges, #bilan, #Philippe Brillaud, #Martine Tarrissan, #Maryse Dumoulin, #politique, #territoire, #Actualité

Le maire de Montréjeau Eric Miquel avec Martine Tarirssan, Maryse Dumoulin et  Philippe Brillaud (Photo © Jean-Paul Chambrillon) -

Le maire de Montréjeau Eric Miquel avec Martine Tarirssan, Maryse Dumoulin et Philippe Brillaud (Photo © Jean-Paul Chambrillon) -

Le 16 décembre dernier, lors d’une conférence de presse, Eric Miquel a annoncé sa candidature pour les municipales, entouré de trois de ses adjoints : Philippe Brillaud, Martine Tarrissan et Maryse Dumoulin.

 

"Cela fait plusieurs mois qu’avec le groupe, on se posait la question de savoir si on repartait pour un nouveau mandat ou pas", lâche le maire. "Ce n’était pas si simple que cela. Douze ans de mandat, de gestion, sans compter les sept années à la Communauté de Communes. La fatigue en ce qui me concerne et l’usure se faisaient sentir. C’est un choix important."  Elles, ils sont quatorze de la liste actuelle, y compris le maire, à repartir.

 

Le bilan :

 

Maison de retraite :

 

"La maison de retraite du Mont Royal est bien en place et rend sur le territoire des services importants.

 

Base de loisirs :

 

La base de loisirs avec de nombreuses améliorations depuis sa création. En 2019, des prestataires sont venus compléter l’offre.

 

Maison de santé :

 

La Maison de santé qui était nécessaire suite au désengagement des médecins des zones rurales. En février prochain, un nouveau médecin élargira l’offre médicale. En permanence dans cette structure, trois médecins et six à huit internes. Ce sont vingt-cinq professionnels qui travaillent à l’intérieur de la Maison.

 

Un service a été mis en place la semaine dernière : c’est le suivi d’enfants des écoles au niveau de la motricité, l’orthophonie, la psychologie. Jusqu’à  aujourd’hui, ces enfants étaient emmenés trois fois par semaine à l’ITEP de Saint Ignan.

 

Une autre réflexion a été menée entre le collège et la maison de santé. Des réunions de groupes pour des enfants "à problèmes", seront organisées.

 

Le service PASS pour les personnes en grande difficulté. En janvier, deux fois par semaine, se tiendra une permanence psychiatrique.

 

Une discussion est en cours actuellement avec l’hôpital de Lannemezan pour avoir chaque semaine des consultations de spécialistes, tel un ophtalmo ou autre.

 

La Région Occitanie a validé le 13 de ce mois une subvention pour la mise en place de la  radiologie et de la télémédecine. Ce sera opérationnel  courant 2020.

 

Hôtel :

 

Il a pris beaucoup de retard. Nous étions partis sur une hôtellerie classique mais la Région, dans le cadre de Passtourism a souhaité plus  de qualité. Le projet a donc été revu avec une partie qui sera genre auberge de jeunesse nouvelle formule, une partie appart-hôtel et une partie hôtel classique. La capacité totale sera de 70 personnes. Ce sont des outils pour l’avenir. A noter qu’une convention a été passée avec  le CFA pour l’hébergement des apprentis.

 

Carte blanche :

 

Nous sommes les premiers en Haute-Garonne à avoir pu bénéficier de la carte blanche, initiée par le Conseil départemental, ce pour relancer le centre-bourg.

 

Le projet de brocante, métiers d’art et antiquités devrait voir le jour courant 2020. Les études de faisabilité sont en cours de terminaison. Nous avons contacté plusieurs propriétaires de magasins fermés, nombreux sont ceux qui ont répondu favorablement.

 

Des associations locales participent à ce projet : les commerçants, l’ADAM et l’Association des voitures anciennes du Mont Royal.

 

La décision :

 

Voilà ce que nous avons lancé courant de ce mandat. Certains projets sont donc toujours en cours, et nous ne pouvons pas les laisser. Ce sont des années de travail. Il est important d’aller au bout des projets. Nous réalisons ce que nous avions annoncé. Il y a encore de belles choses à faire pour la commune.

 

Pour moi, ce sera mon dernier mandat. Dans les jours qui viennent, nous organiserons des réunions de quartier. Nous rencontrerons également des personnes qui se sont proposées pour compléter la liste."

 

L’insécurité :

 

C’est Martine Tarrissan, adjointe, qui en est en charge.

 

"Lors de la campagne de 2014, on entendait parler d’insécurité. C’est moins réel maintenant. Il y a une police de proximité et nous avons un partenariat avec la gendarmerie avec laquelle nous avons réalisé un travail de fond.

 

Depuis la mise en place de 'Voisins vigilants', une baisse des cambriolages a été significative. Ceci est vrai également sut la base de loisirs où les personnes se sentent en sécurité, grâce aux rondes des policiers municipaux."

 

Le bâti :

 

"Depuis dix ans, nous travaillons sur le bâti de la commune", lance Philippe Brillaud, premier adjoint.

 

Si nous sommes réélus, nous allons continuer à améliorer les entrées de ville, notamment celle en venant de Gourdan. L’acquisition d’une maison est en cours et elle sera démolie laissant voir le château depuis le pont.

Nous travaillons de concert avec l’ADAM, mais le projet est long et coûteux."

 

Les écoles :

 

"Tout d’abord, nous ne quitterons pas un train en marche ! Pour le moment, les effectifs de la maternelle sont stables. Il faut qu’ils se maintiennent ! Les menuiseries des bâtiments ont été rénovées et apportent un meilleur confort aux élèves et aux enseignants."

 

La communauté de communes :

 

"Après les élections de 2020, la Communauté de Communes sera un enjeu majeur" indique le maire.

 

Et de continuer : "En 2020, Montréjeau comptera un délégué de moins à la communauté de communes, nous n’en n’aurons plus que cinq. C’est un arrêté du Préfet. Rappelons que la ville est en nombre d’habitants, la seconde après Saint Gaudens."

 

Le maire revient ensuite sur les transferts de compétence.

 

"On nous avait dit que ce serait mieux, ce n’est pas le cas ! Il y a un lieu où la commune devra peser : le transfert de l’eau et de l’assainissement. Il y a aussi en jeu l’avenir du SIVOM, la loi NOTRe prévoyait d’en diminuer le nombre."

 

 

 

 

 

Jean-Paul Chambrillon (La Petite République)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents