Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Paul Tian

Le blog de Paul Tian

"Il est injuste de juger un homme du 19e siècle selon les principes du 21e siècle" (Adaobi Tricia Nwaubani, Journaliste nigériane)


Luchon-Superbagnères : une semaine de salaire en moins, les salariés de la station en colère

Publié le 30 Mars 2020, 15:10pm

Catégories : #Pyrénées, #Luchon, #Superbagnères, #Covid-19, #coronavirus, #CD 31, #Haute-Garonne Montagne, #fermeture de la station, #Georges Méric, #chomage, #saisonnier, #social

Luchon-Superbagnères : une semaine de salaire en moins, les salariés de la station en colère

Je publie ci-après la "lettre de ras-le-bol  des salariés de Luchon-Superbagnères" faisant suite à la décision de "Haute-Garonne Montagne" de fermer la station le 14 mars en raison de l'épidémie de Covid-19 et de mettre fin aux contrats le 22 mars, avec pour conséquence, une semaine de salaire en moins.

"Le Coronavirus a obligé la station de Superbagnères à fermer le 14 mars au lieu du 29 prévu initialement.

 

Dans la plupart des stations en France. un système de chômage partiel permettant aux salariés de toucher 70% de leur salaire brut a été mis en place et DSF a préconisé de payer les salariés saisonniers jusqu'au jour prévu de fermeture.

 

Oui mais voilà le CD 31 en a décidé autrement : le 16 mars la direction prenait la décision de mettre fin à tous les contrats saisonniers lc 22 mars et a informé ceux-ci par mail le 17 mars.

 

Les salariés mécontents ne comprenant pas cette décision ont mandaté leurs délégués pour envoyer une requête à leur président Georges Méric sans réponse.

 

Délégués du personnel qui s'étonnent de ne même pas avoir été consulté sur ce sujet.

 

On nous a dit que c'était pour ne pas nous exposer a une contamination que la direction s’est réunie en petit comité sans nous convier, mais il nous semble qu’il existe de nos jours beaucoup de moyens technologiques qui auraient pu nous permettre d’échanger "sans contact".

 

On nous avance aussi que cette décision a été prise "afin de permettre aux salariés concernés de se retourner face à cette situation".

 

Nous retourner vers quoi ?

 

Personne ne sait quand nous allons pouvoir démarrer nos emplois d'été les Thermes, restaurants, boutiques et autres activités touristiques sont fermées jusqu'à nouvel ordre.

 

La saison a déjà été très courte n'ayant pas démarré quand elle aurait du car les travaux tardifs sur les canons à neige n'ont pas permis de production en novembre, les températures trop douces ensuite et le manque de chute de neige ont décalé l'ouverture à mi-janvier.

 

La plupart des saisonniers n'ont été sous contrat qu’à partir du 5 janvier.

 

Cela a été une saison très difficile pour toutes les équipes qui ont malgré tout fait un travail exceptionnel, sans eux les pistes n'auraient pas pu fonctionner avec si peu de neige.

 

Avec en plus la menace de perdre tous nos acquis sociaux, qui avaient été dénoncé en septembre, leur permettant d'avoir une rémunération décente.

 

Un préavis de grève avait même du être déposé pour le 15 février ; heureusement, le conseil départemental avait fait marche arrière et la grève a été évitée.

 

Nous espérons tous, que le confinement va permettre de réduire la pandémie, mais nous ne pouvons en douter, elle va impacter gravement, économiquement notre territoire et rendre encore plus précaire la situation des salariés saisonniers et de leurs familles.

 

Une semaine de plus de salaire et de cotisations ne serait pas une semaine de trop !"

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !