Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Paul Tian

Le blog de Paul Tian

"Un politicien ne peut pas faire carrière sans mémoire, car il doit se souvenir de toutes les promesses qu'il lui faut oublier" (Frédéric Dard)


Chronique : "Il y a 60 ans, le premier homme s'envoyait en l'air"

Publié par Paul Tian sur 9 Avril 2021, 10:56am

Catégories : #espace, #Gagarine, #ISS, #cosmonaute, #URSS, #premier homme dans l'espace, #chronique, #souvenir, #vidéo

Chronique : "Il y a 60 ans, le premier homme s'envoyait en l'air"

Ce vendredi 9 avril, deux cosmonautes russes et un astronaute américain s'envolent pour la Station Spatiale Internationale (ISS) lors d'une mission honorant le 60e anniversaire de l'envoi du premier homme dans l'espace, Iouri Gagarine.

Pour le cinquantième anniversaire de ce premier vol, j'avais publié une chronique pour le site "Le Plus" du Nouvel Observateur, auquel je participais.

La voici :

Chronique : "Il y a 60 ans, le premier homme s'envoyait en l'air"

Il y a 50 ans, le premier homme s'envoyait en l'air

Exploit scientifique, symbole politique, mais aussi rêve de gamin : pour la première fois, un homme allait au-delà de l'atmosphère terrestre. Et tous ceux qui ont vécu l'événement s'en souviennent.

12 avril 2011:  il y a 50 ans, jour pour jour, Youri Gagarine, 27 ans, devenait le premier homme à voler dans l’espace.

Une révolution autour de la terre en 1h48. Et surtout une révolution pour les dirigeants soviétiques qui, en pleine Guerre froide, affirmaient ainsi la supériorité du système communiste sur leur ennemi, les États-Unis.

À l’époque, on parlait du plus grand exploit de l’homme des temps modernes.

Quelques mois plus tard, ce sera la construction du mur de Berlin (août 1961) par le régime communiste est-allemand, et l’année suivante la crise des missiles soviétiques à Cuba (octobre 1962).

En attendant ces mois néfastes, Nikita Khrouchtchev, le maître du Kremlin, savoure le triomphe de la conquête spatiale : "Le premier homme à aller dans l'espace est un Soviétique, un citoyen de l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques. Dans cet exploit, s'incarnent le génie du peuple soviétique et la force puissante du socialisme. Cette ère nouvelle dans le développement de l'humanité a été ouverte par notre pays, le pays du socialisme triomphant."

Un triomphe "planétaire" alors que l’URSS est la risée de l’Occident dans son incapacité à fabriquer les objets de première nécessité.

Il faut replacer cet exploit de Gagarine, dans le contexte de l’époque.

La conquête de l’espace fait rêver. Alors enfant, je me souviens des discussions passionnées des adultes, mais aussi de celles entre copains dans la cour de récréation de l’école primaire. Des discussions déjà "politiques", avec le camp des pros et des antis "URSS".

Cette fabuleuse conquête de l’espace offre alors à l’URSS une suprématie technique face aux États-Unis. Quatre ans avant le voyage spatial de Youri Gagarine, il y a déjà eu la mise en orbite de Spoutnik 2, un satellite envoyé dans l’espace avec la chienne Laïka…

L’URSS exploite très rapidement cette "suprématie technologique", alors que la Guerre froide oppose les deux blocs.

Youri Gagarine va ainsi entamer une tournée de près de deux ans à travers le monde. Il est reçu dans des dizaines de pays, par des milliers de gens, comme un héros. Le cosmonaute, fils de charpentier élevé dans une ferme collective, est acclamé par les foules. Pour l’URSS, il est tout simplement le symbole vivant de la réussite du système soviétique.

Dans ce contexte, les États-Unis tentent de rattraper leur "retard". Il faudra attendre le 20 février 1962 pour assister au premier vol orbital américain, comparable à celui du cosmonaute soviétique.

Depuis ce premier vol de Youri Gagarine, 522 astronautes sont allés dans l’espace : 55 femmes et 467 hommes représentant… 38 nationalités. Nous voilà bien loin de l’affrontement entre le bloc américain et le bloc soviétique.

50 ans plus tard, la conquête spatiale ne passionne plus enfants et adultes : aujourd’hui, ce sont les milliardaires qui poussent les scientifiques pour aller dans l’espace. L’avenir de l’évolution de la recherche spatial passera, peut-être, par ces voyages touristiques…

Le rêve en moins pour le citoyen lambda.

Fusée R-7 Vostok dans le parc du musée Tsiolkovsky, Kaluga. (Wikipedia)

Fusée R-7 Vostok dans le parc du musée Tsiolkovsky, Kaluga. (Wikipedia)

A paraître :

Chronique : "Il y a 60 ans, le premier homme s'envoyait en l'air"
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents