Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Paul Tian

Le blog de Paul Tian

"Il est injuste de juger un homme du 19e siècle selon les principes du 21e siècle" (Adaobi Tricia Nwaubani, Journaliste nigériane)


Bénédiction des eaux thermales à Luchon : le recours du conseiller municipal Louis Ferré rejeté par le tribunal administratif

Publié par Paul Tian sur 17 Septembre 2021, 13:34pm

Catégories : #Luchon, #polémique, #bénédiction, #eaux thermales, #Louis Ferré, #Eric Azémar, #tribunal adminstratif, #rejet, #Haute-Garonne, #politique, #laïcité, #Thermes

Bénédiction des eaux thermales à Luchon : le recours du conseiller municipal Louis Ferré rejeté par le tribunal administratif

Fin de la polémique autour de la bénédiction des eaux thermales de Luchon...

On se souvient que les conseillers municipaux d'opposition Louis Ferré et Michèle Cau avaient contesté la bénédiction des eaux thermales qui doit avoir lieu ce dimanche 19 septembre à Luchon (lire ici).

L'ancien maire de Luchon avait contesté cette bénédiction devant le tribunal administratif de Toulouse qui a rendu sa décision : la requête des deux élus d'opposition a été rejetée. 

Pour les juges du tribunal administratif, l'organisation de cette bénédiction des eaux thermales "n'est pas de nature à porter une atteinte grave et manifestement illégale aux principes de laïcité et de neutralité du service public ou à la liberté de conscience."

Communiqué de presse du tribunal administratif de Toulouse :

"Bénédiction des eaux thermales – Bagnères-de-Luchon

Le juge des référés du tribunal administratif de Toulouse rejette la requête formée par deux conseillers municipaux de la commune de Bagnères-de-Luchon en vue de supprimer la manifestation dite « de bénédiction des eaux thermales », notamment en ce qu’elle prévoit, après une procession traversant la ville, la bénédiction symbolique des eaux des thermes de Luchon, thermes qui constituent un service public municipal.

Par une ordonnance du 15 septembre 2021 le juge des référés du tribunal administratif de Toulouse, saisi en application de l’article L. 521-2 du code de justice administrative, a estimé que l’organisation de la manifestation envisagée le 19 septembre 2021 n’était pas de nature à porter une atteinte grave et manifestement illégale aux principes de laïcité et de neutralité du service public ou à la liberté de conscience.

Les requérants faisaient valoir, d’une part, que l’organisation et le financement par la commune de la bénédiction des eaux thermales, manifestation cultuelle, alors que les thermes constituent un service public communal, porteraient une atteinte manifestement illégale aux principes de laïcité et de neutralité du service public ainsi qu’à la liberté de conscience et , d’autre part, que la manifestation  priverait les personnes adhérant à une religion autre que la religion catholique ou n’ayant aucune conviction religieuse de la possibilité d’exprimer leurs conceptions religieuses en fréquentant les thermes, violant ainsi le principe d’égalité entre les citoyens.

Le Juge des référés a rappelé qu’en raison de son statut, l’établissement des thermes de Luchon était tenu au respect des principes de laïcité et de neutralité du service public vis-vis de l’ensemble de ses usagers et que cette manifestation était dès lors, par sa nature et en l’absence de toute tradition locale, susceptible de méconnaître ces principes.

Toutefois, il a considéré, tout d’abord, que le rôle de la commune dans le déroulement de cet évènement se limitait désormais, au vu de sa défense, à son encadrement dans le cadre des pouvoirs de police dévolus au maire par les dispositions de l’article L. 2212-1 du code général des collectivités territoriales.

Il a ensuite estimé que, dans la mesure où les participants à cette manifestation n’avaient pas vocation à entrer dans l’enceinte du bâtiment,  où la bénédiction se limiterait à un geste symbolique utilisant une amphore comportant des filaments argentés, sans aucune utilisation effective des eaux issues des sources, et eu égard par ailleurs au caractère géographiquement et temporellement limité de la manifestation envisagée le 19 septembre 2021, l’autorisation par la commune de cette manifestation, telle qu’elle est projetée à la date de la décision du tribunal, n’était pas de nature à porter une atteinte grave et manifestement illégale aux principes de laïcité et de neutralité du service public ou à la liberté de conscience."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !