Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Paul Tian

Le blog de Paul Tian

"Le menteur évoque souvent l'amnésie pour ignorer la vérité"


Entretien avec Daniel Estrade, nouveau président de "La Truite Luchonnaise"

Publié par Paul Tian sur 9 Décembre 2021, 09:12am

Catégories : #pêche, #truite luchonnaise, #luchon, #rivière, #pyrénées, #Daniel Estrade, #AAPPMA, #ône, #pique, #nature, #environnement, #Haute-Garonne, #Jean Lérimé

Entretien avec Daniel Estrade, nouveau président de "La Truite Luchonnaise"

Les pêcheurs de l’hexagone ont jusqu’au 31 décembre pour se réunir en assemblées générales électives. A Luchon,  c’est chose faite. Le 22 novembre, Daniel Estrade a été élu président de "La Truite Luchonnaise". Il répond à mes questions.

Un artiste-peintre à la tête de l’AAPPMA de Luchon,  c’est peu banal. Est-ce une  bonne nouvelle pour les pêcheurs ?

C’est peu banal en effet. Une bonne nouvelle ? Je n’en sais rien. J’ai deux casquettes il est vrai mais je ne pense pas être un fantaisiste. J’en veux pour preuve mes 25 ans  passés au service de la pêche associative en tant que secrétaire de l’AAPPMA qui m’ont permis d’acquérir  une certaine connaissance des milieux aquatiques, de leur fonctionnement mais aussi de leurs dysfonctionnements (!).

J’ai participé à tous les projets innovants de l’AAPPMA et parfois, je les ai initiés. Je suis en contact permanent avec les acteurs du monde de la pêche associative. Je succède aujourd’hui à Jean Lérimé qui a assumé la fonction de président pendant 21 ans et a souhaité prendre un peu de recul tout en restant administrateur fédéral, un poste clé.

Passionné par la pêche et les poissons et pratiquant depuis l'âge de 6 ans, Jean Lérimé a rejoint notre association en 1977.

En 2000, suite à la disparition brutale de Michel Birouste, président-éclair, il en a pris les rênes. C’est non sans une certaine émotion que le président Jean Lérimé a décidé de tourner la dernière page d'un livre dont il a en écrit 7665, à raison d'une par jour pendant 21 ans de présidence.

Son  livre parle de nos belles rivières, de nos beaux ruisseaux, de leur biodiversité dont les poissons font partie, des belles prises des uns et des autres, mais aussi de nos combats pour préserver tout cela. Sans oublier, comme Jean aime à la répéter, que nous ne sommes que les gardiens des rivières de nos enfants

C’est un honneur et une lourde responsabilité pour moi que de présider aux destinées de la société la plus importante de la ville en terme d’adhérents, et qui jouit d’une certaine aura dans le département et au-delà. Un mandat de président c’est cinq ans et c’est court. Je ne compte pas le passer à expédier les affaires courantes. Je veux aller vite et faire aboutir un maximum de projets. Je dispose pour cela d’une équipe renforcée. Les noms et les fonctions des nouveaux venus seront publiés en mars prochain dans notre brochure "Point Rouge".

Quels sont ces projets ?

Dans l’immédiat, participer à l’embellissement du site de Badech  par l’installation d’un totem et d’un ponton multi-usages en partenariat avec la mairie ; un projet majoritairement financé par l’argent des pêcheurs, mais aussi, innover en terme d’exploitation du lac de Badech hors saison. On y réfléchit.

A moyen terme, dresser la cartographie de la distribution  de la truite sur nos zones de gestion, reprendre les opérations ecocitoyennes de nettoyage de l’Ône et de la Pique quand nous aurons mis à distance la Covid 19, et pérenniser nos partenariats avec les scientifiques pour une meilleure connaissance de nos milieux, ce qui est pour moi une priorité.

En effet, depuis 20 ans, Luchon est à la pointe en ce domaine et doit le rester : enrochements sur la Pique citadine avec Life+ Desman pour optimiser l’habitat de ce petit mammifère endémique menacé d’extinction et voisin de la truite, partenariat avec EDF via ECOGEA pour le suivi des populations de truites en Nestes d’Oô et d’Oueil depuis 1998, suivi des études de l’OFB ( l’Office Français de la Biodiversité) sur la montaison et dévalaison des truites de la Neste d’Oueil, repérage du Calotriton dans nos petits cours d’eau, suivi des études sur la PKD, ce parasite qui infecte les truites de certains cours d’eau ariègeois mais par chance est absent chez les truites luchonnaises. Etudes génétiques menées par le laboratoire de Moulis et études des otolithes (ces concrétions minérales positionnées dans le cerveau du poisson et qui nous informent sur ces déplacements) effectuées par Gilles Bareille de l’université de Pau, sans oublier les sondages par carotte effectués par Didier Galop, grand connaisseur de l’éco-histoire des lacs d’altitude. Le panel est large. 

Enfin, je souhaite mieux communiquer, car je constate  que le monde de la pêche communique mal, en général...

Je ne vais pas révolutionner à moi seul la com/pêche. Mais j’envisage de faire un effort en ce sens, épaulé par notre nouveau conseiller en communication. A commencer par Luchon où personne ne nous connaît. Un comble !

L’Office de Tourisme nous propose une page sur son site. Pourquoi nous en  priver ? Les études menées par la Fédération du 31 sur les effectifs de pêcheurs, leurs comportements, les solutions à apporter pour stopper l’érosions des effectifs, et bien d’autres sujets d’approche, dorment actuellement dans des tiroirs.

Je compte bien utiliser ces documents pour réactiver la com entre pêcheurs, entre AAPPMA et entre Fédérations. Il y a beaucoup à faire en ce domaine.

Quelle est l’ambiance ?

Elle est morose : nous ne pouvons plus nous réunir ou rarement, donc échanger physiquement. C’est pénible. Cependant notre APN (Atelier Pêche Nature) a pu voir le jour fin 2021 sous la houlette de Pierre Bouvet et de Pierre Perez et s’épanouira en 2022.

Ensuite, et c’est réconfortant, les pêcheurs sont bien présents car les effectifs restent stables: 873 cartes vendues en 2019, 871 en 2020, 867 cette année. Nous enregistrons en 2021 la vente de 34 cartes majeures supplémentaires. C’est important.

En revanche, le nombre de cartes-jeunes vendues a baissé, sans doute des pêcheurs qui ont atteint l’âge adulte et ont basculé dans le clan des grands. Ceci compense cela.

Enfin, les sondages de septembre 2021 effectués par pêches électriques nous ont montré que les populations de truites étaient abondantes dans le Luchonnais.

Ce que nous savions déjà.

Je ne peux  pas développer ici, mais les lecteurs de  notre brochure "Point Rouge" en seront plus en mars 2022. Nous ne pouvons pas sonder tous les cours d’eau au mètre carré près mais le pêcheur qui arpente les berges des Nestes d’Oueil et d’Oô ou du Lys par exemple, va croiser 2 à 3 truites maillées tous les 10 mètres de rivière. Idem pour l’Ône et la Pique. De fait, si  les truites sont en chasse et si le pêcheur sait pêcher alors, alors, tout est possible.

En conclusion ?

Vogue la galère de l’AAPPMA de Luchon !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !