Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Paul Tian

Le blog de Paul Tian

"Ce sont toujours les cons qui l’emportent. Question de surnombre" (Frédéric Dard)


Voeux 2022 de Carole Delga : "Je suis une élue de la France du faire : je ne palabre pas, j'agis !"

Publié par Paul Tian sur 12 Janvier 2022, 10:31am

Catégories : #Occitanie, #voeux, #Carole Delga, #presse, #Anne Hidalgo, #Présidentielle2022, #politique, #social, #économie, #PS

(Crédit photo : © Arthur Perset)

(Crédit photo : © Arthur Perset)

Mardi, Carole Delga, présidente socialiste de la Région Occitanie a présenté ses voeux à la presse (voir le communiqué de presse ci-après).

Celle qui est également l'une des porte-parole de la maire de Paris, Anne Hidalgo, à la prochaine présidentielle, s'est dite "atterrée par le niveau et le contenu des débats" de cette prochaine échéance électorale, tout en confiant qu'elle n'avait "pas l’impression de faire partie de ce monde politique-là..." (Actu Toulouse)

Quand on voit que Fabien Roussel se fait attaquer pour avoir dit qu’il aimait le bon vin et la bonne viande et qu’un président de la République déclare sa volonté d’emmerder une partie des Français, je trouve ça vulgaire. Je me sens étrangère à ce monde politique. Sur le terrain, les gens me parlent plutôt de leurs fins de mois, de la hausse de l’essence et de l’accès aux soins.

Carole Delga, présidente (PS) de la Région Occitanie

"Note souveraineté se construit collectivement pour que chacun ait une place"

A l’occasion de la présentation de ses vœux à la presse, la présidente de Région, Carole Delga, a tenu à rappeler son engagement en faveur de la souveraineté, à la fois économique, sanitaire, environnementale ou démocratique.

"Aujourd'hui, pas un jour ne se passe sans que des signaux d'alarme ne soient tirés : ceux de la crise climatique, de la crise sanitaire, de la crise économique et bien sûr, plus criant que jamais cette année, de la crise démocratique.

Je n'apprécie pas les grands discours moralisateurs, qui n'ont d'autres objectifs que d'inquiéter et soumettre le peuple français.

Moi, je suis une élue de la France du faire : je ne palabre pas, j'agis. Je ne critique pas, je propose. Je ne méprise pas, j'écoute puis je décide.

Et ce que j'entends, ici en Occitanie comme dans les autres territoires français, c'est cette envie de croire que tout est encore possible.

Nos jeunes surtout, qui marchent pour le climat et s'engagent pour la démocratie, nous demandent - aux politiques, chefs d'entreprise, intellectuels ou journalistes - d'utiliser notre "pouvoir de faire" pour redresser le cap, en éveillant les consciences et en agissant concrètement, utilement et avec bon sens.

Le pouvoir d'achat pour une vie digne des Français doit être notre priorité, par le travail justement rémunéré et la solidarité lorsqu'on rencontre une période difficile.

Sans naïveté, ni pêché d'optimisme, je veux croire que les crises auxquelles nous faisons face aujourd'hui sont une opportunité. L'opportunité de retrouver le chemin de notre souveraineté en choisissant de reprendre le contrôle de notre destin.

Nous retrouverons cette souveraineté par un volontarisme en acte. C'est le sens de la création du fonds souverain pour l'Occitanie et du nouveau label 'Fabriqué en Occitanie' que nous venons de lancer. Pour faire face à la crise climatique, nous développons massivement les énergies renouvelables.

La France a tous les atouts à sa disposition pour devenir un leader en la matière. C'est la raison pour laquelle j'ai engagé l'Occitanie dans cette voie.

De même que nous investissons pour garantir à nos agriculteurs des débouchés en circuits courts, tout en les accompagnant vers une agriculture durable, capable de leur garantir une vie décente.

Toutes ces mesures, nous les portons avec les citoyens d'Occitanie, dans le cadre de notre Pacte vert.

Mon cap est clair : je ne céderai rien à la fatalité, au contraire, je me battrai pour que mon pays et ma région sortent grandis de ces crises, plus solides et plus solidaires.

Retrouver notre souveraineté, c'est aussi permettre à la démocratie de retrouver un second souffle.

C'est le sens de mon engagement en faveur de la démocratie citoyenne. Depuis 5 ans, la participation des Français aux élections n'a pas dépassé le seuil des 50%... alors même que toutes les enquêtes démontrent que les citoyens se sentent de plus en plus concernés par les enjeux sociétaux et sociaux.

La confiance qui ne se donne plus dans les urnes, se doit d'être regagnée, mais pas avec des mots : avec des actes.

Lors de la Convention citoyenne pour l'Occitanie, les habitants ont pu s'exprimer et porter des projets, des ambitions. Quand les premières actions se sont concrétisées, plusieurs participants ont fait part de leur satisfaction de voir que des choses étaient toujours possibles avec "les politiques".

Alors cette année encore, nous retournerons à la rencontre de tous les habitants d'Occitanie notamment des jeunes, pendant le Printemps citoyen, pour leur montrer que oui, tout est possible !"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !