Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Paul Tian

Le blog de Paul Tian

"Ce sont toujours les cons qui l’emportent. Question de surnombre" (Frédéric Dard)


Entretien avec le Commingeois Alain Jauhan, auteur du polar "Balec "

Publié par Paul Tian sur 16 Septembre 2022, 15:40pm

Catégories : #Comminges, #Alain Jauhan, #Balec, #éditions Cairn, #littérature, #polar, #luchonnais, #culture, #entretien

Entretien avec le Commingeois Alain Jauhan, auteur du polar "Balec "

Les éditions "Cairn" viennent de publier dans la collection "Du Noir au Sud", "Balec", le premier roman policier du Commingeois Alain Jauhan (lire ici), qui répond, ci-après, à mes questions :

"Balec" est votre premier roman policier. Vous aviez publié avant trois romans et un récit autobiographique. Pouvez-vous m'en parler ?

J'avais publié en 1997, un roman sous mon vrai nom, à compte d'auteur et ce dernier a rencontré un joli succès d'estime. J'ai quasiment réussi à vendre tous les exemplaires (500) de l'édition, essentiellement grâce au bouche-à-oreille. Dans le même temps, j'écrivais les balbutiements d'un roman dont l'action se situait pendant la Grande Guerre. Après avoir laissé dormir ce texte et sous l'impulsion de ma compagne, je me suis décidé à le terminer. Trouver un éditeur étant une mission quasi impossible, je l'ai proposé sur une plate-forme d'édition sur internet. Et donc, en 2012, je publie "Mourir Bleuet", l'histoire d'un jeune soldat pendant la bataille de Verdun en 1916. En 2014, je publie par le même biais une nouvelle version de mon premier roman, cette fois sous mon pseudo Alain Jauhan et avec un nouveau titre : "deuxième chance". Ce roman a été nominé au Salon du livre de Mazamet (3e place sur le podium) dans la catégorie roman du terroir. Sur une autre plate-forme internet, j'ai publié "Salut Gadjo", un roman que j'avais écrit à l'âge de 22 ans sans jamais l'avoir proposé et enfin, aux éditions du net, j'ai raconté ma vie de coureur (modeste) à pied. J'avais envie de faire partager cette expérience, d'un sportif tout à fait moyen qui est parvenu à se dépasser et à participer à des courses telles que des marathons et autres trails douloureux.

Comment en êtes-vous venu à écrire un roman policier ? Vous êtes lecteur de polar ?

Je ne suis pas un lecteur exclusif de polar, mais j'en lis beaucoup. J'ai eu le plaisir de rencontrer, en 2014, au salon du polar de Toulouse, des auteurs reconnus tels que Bernard Minier (qui m'a signé trois livres), Olivier Norek, Laurent Guillaume et Hervé Jourdain pour ne citer que ceux-là. J'ai vite trouvé une ambiance sympathique et au cours d'une discussion très conviviale, Laurent Guillaume m'a conseillé de me mettre au polar. Finalement, je l'ai écouté, mais j'ai beaucoup attendu et réfléchi avant de me lancer dans l'aventure.

Comme un écrivain, désormais célèbre et originaire du Comminges, vous avez fait carrière dans la Douane. C'est un métier qui destine donc à l'écriture ? 😉

Vous faites allusion à Bernard Minier dont le talent est inégalable. Nous avons eu des carrières différentes tout en étant dans la même administration. Lui travaillait dans un centre informatique en région parisienne, il me semble, et moi j'étais une "tunique bleue" et je le suis resté jusqu'à la fin de ma carrière. Dans l'administration comme partout ailleurs, il y a des femmes et des hommes qui s'expriment par un biais artistique quel qu'il soit. La peinture, la sculpture, le dessin et donc, l'écriture. Mais je ne pense pas que le métier de douanier destine plus qu'un autre à l'écriture...

Quand le désir d'écriture est né chez vous ?

Cela a commencé très tôt. Quand j'étais adolescent, je créais des bandes dessinées et j'élaborais des scénarios de plus en plus étoffés. Peu à peu, j'ai lâché le dessin pour ne me consacrer qu'à l'écriture. Comme je le dis plus haut, c'est à 22 ans que j’ai écrit et terminé un premier roman.

C'est à la retraite que vous vous êtes installé dans le Luchonnais ?

Non. Je suis arrivé dans le Comminges en 1991, suite à une mutation de poste, après avoir passé  sept années à Thionville en Moselle.

J'imagine que vous avez des projets d'écriture en cours…

Oui, oui, mais…chut !

Pouvez-vous vous présenter à mes lectrices et lecteurs ?

Me présenter ? J'ai bientôt 61 ans. Je pratique toujours la course à pied, mais moins fréquemment qu'auparavant. Je marche beaucoup, en revanche, et je suis motard. Pour ce qui est de ma vie personnelle, je n'en dirai pas plus.

Allez-vous participer à des salons littéraires et/ou à des dédicaces dans les librairies de la région ?

C'est encore trop tôt pour le dire, mais je sais que certains libraires souhaitent déjà me recevoir. Tout cela se fera par la suite. Je pense que j'irai dans des salons, car j'aime beaucoup l'ambiance et le contact que l'on y crée, tant avec d'éventuels lecteurs qu'avec des auteurs de divers horizons que l'on rencontre.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !