Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Paul Tian

Le blog de Paul Tian

"Le menteur évoque souvent l'amnésie pour ignorer la vérité"


Pyrénées : dérochement de près de 170 brebis, l'ours responsable ?

Publié par Paul Tian sur 13 Septembre 2022, 13:47pm

Catégories : #Pyrénées, #Ariège, #couserans, #Aulus-les-Bains, #Ustou, #estive, #brebis, #ours, #éleveur, #polémique, #colère, #nature, #environnement, #dérochement

(Photo : Facebook @ASPAP)

(Photo : Facebook @ASPAP)

Pour les éleveurs, ça ne fait aucun doute, c'est l'ours qui est responsable du dérochement de près de 170 brebis, survenu dimanche, sur l'estive de Coumebière, à Aulus-les-Bains, dans les Pyrénées ariégeoises.

168 brebis exactement ont été retrouvées mortes à la suite de ce nouveau dérochement.

Sur sa page "Facebook", la présidente du département de l'Ariège, Christine Téqui, s'est indignée :

"Je suis en colère parce que le travail quotidien de nos éleveurs est mis à mal par un État sourd aux appels à l'aide. Je suis en colère contre l’État qui a créé cette situation totalement illusoire et inconsidérée et qui demande aux autres de gérer et de subir les conséquences sans ne donner, ni moyens ni solutions pour l’affronter." 

De son côté, toujours sur "Facebook",  l’Association pour la sauvegarde du patrimoine d’Ariège-Pyrénées (ASPAP), s'est demandé "Combien de drames encore avant que de vraies solutions nous soient proposées ?" , tout en publiant des photos de dizaines de brebis mortes.

Du côté des défenseurs de l'ours, on note l'absence de preuves pour incriminer le plantigrade.

"Dans la plupart des dérochements, depuis 20 ans, les résultats montrent qu’il n’y a aucun indice de prédation par l’ours" affirme Alain Reynes, directeur de l’association Pays de l’ours-Adet. (Source : Sud-Ouest)

Lundi, des équipes de l’Office français de la biodiversité (OFB) se sont rendus sur place pour effectuer les constats d'usage.

 

Le désarroi des éleveurs nous mène très loin, trop loin… on risque de déboucher sur une régulation qui ne sera pas légale mais qui, malheureusement, sera pour les propriétaires de troupeaux la seule solution pour lutter contre les déprédations. A l’Etat de prendre les décisions et les bonnes, le pastoralisme ne va pas faire le dos rond éternellement !

Alain Servat, maire et président de la Fédération Pastorale de l'Ariège

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
de voir cela, fait une grande peine ,pour la souffrance de ces brebis!!!!.....
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !