Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Paul Tian

Le blog de Paul Tian

"Ce sont toujours les cons qui l’emportent. Question de surnombre" (Frédéric Dard)


Ours des Pyrénées : coup de gueule d'Alban Dubois, maire de Melles, après un article de "France 3 Occitanie" sur une battue aux cervidés

Publié par Paul Tian sur 17 Octobre 2022, 08:11am

Catégories : #Pyrénées, #ours, #battue aux cervidés, #Melles, #média, #Alban Dubois, #coup de gueule, #chasse, #HOPE, #polémique, #pastoralisme, #nature, #environnement

Ours des Pyrénées : coup de gueule d'Alban Dubois, maire de Melles, après un article de "France 3 Occitanie"  sur une battue aux cervidés

Vendredi, "France 3 Occitanie" a publié un article intitulé : "Ours des Pyrénées, une battue en Haute-Garonne fait craindre un accident de chasse comme pour l'ourse Caramelles", dans lequel le "collectif Hope, qui surveille avec ses caméras les ours dans les Pyrénées, s'inquiète d'une battue aux cervidés annoncée pour samedi 15 octobre" et qui devait "se tenir en Haute-Garonne dans un secteur où une ourse et ses oursons ont été récemment repérés..."

Suite à cet article, Alban Dubois, maire de Melles, a réagi dans un communiqué de presse, en fustigeant "des affirmations portant préjudice à l’intégrité morale des chasseurs mellois" et en menaçant de saisir la justice.

Voici ce communiqué de presse : 

Faisant suite à l’article ci-dessous diffusé sur "FR3 Occitanie", je me dois de réagir à ces propos erronés et diffamatoires de l’association HOPE, relayés sans aucune vérification par la journaliste Claire Sardain et la rédaction.

Ce sont des affirmations portant préjudice à l’intégrité morale des chasseurs mellois, la justice va probablement être saisie.

(Pour lire l'article, cliquez ici)

"Le collectif Hope, qui surveille avec ses caméras les ours dans les Pyrénées", il aurait fallu ajouter "illégales" après caméras.

En effet, pour éviter ce genre de problème, il y a bien longtemps que ces appareils vidéo sauvages sont formellement interdit sur la commune de Melles. Seul l’OFB via son réseau ours est habilité à observer le plantigrade à des fins scientifiques.

De plus, la diffusion sans modération par de nombreux médias de ses vidéos d’ours sur la commune de Melles est de facto illégale, puisqu’elles sont issues de moyens prohibés.

Pour le volet chasse, les chasseurs n’ont aucune leçon à recevoir d’un groupuscule (HOPE) d’une poignée d’individus citadins qui ne peuvent justifier d’aucunes légitimités environnementales. Les ours sont à Melles en grand nombre toute l’année sans poser de problèmes sauf avec le pastoralisme.

Et à contrario d’autres espèces, la population ursine augmente sensiblement, tellement il y a de moyens et d’énergie mis en œuvre pour son développement…

Au passage, en cas de soucis de santé à Melles, il vaut mieux être un ours qu’un humain, les secours arrivent plus vite, la semaine passée ce sont les pompiers de Vielha (Espagne) qui ont assuré l’intervention très urgente… une heure d’attente !

Les cervidés en surpopulation sur la commune posent un dramatique enjeu pour un écosystème montagnard qui en devient fragile, la concurrence alimentaire avec l’isard, la non régénération des sous-bois induit une forêt en danger avec toutes ses conséquences, notamment pour le grand tetras.

Pour terminer, "Pour cette battue, l'ONF donne aux chasseurs accès aux pistes domaniales et met à disposition un hélicoptère pour évacuer les carcasses de cervidés", il s’agit d’une déclaration mensongère.

Primo, il n’y a pas eu d’hélicoptère et encore moins mis à disposition par l’ONF.

Deuxio, si un jour le cas de figure doit se présenter pour descendre des cervidés en surpopulation à 2000 mètres, les chasseurs très respectueux de l’éthique de la chasse notamment de sa venaison, seront en capacités de financer l’action.

Ce sera avec ma bénédiction, je suis bien plus soucieux de préserver l’équilibre de la biodiversité melloise dans son ensemble plutôt que de me soucier de certaines revendications ou états d’âmes.

Pour rappel, la municipalité a fait classer récemment au conservatoire départemental 2000 ha en ENS (espaces naturels sensibles) et 12 sites de zones humides.

En d’autres termes, garder vos discussions pour vos salons ou les trottoirs de vos villes, et laissez-nous gérer notre montagne et sa nature…"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !